CONTRE MAUVAISE FORTUNE
De Véronique MERIADEC et Ugo PERAC
 
Aussi loin que l’on remonte dans le temps, la perspective de la présence d’un TRESOR, sous les pieds, à l’autre bout du monde, ou au fond des océans a perpétuellement ensorcelé des hommes…
 
Les générations Ipod et Twitter n’échappent pas à ce magnétisme. Mais souvent ce sont leurs parents, fussent les moins prédisposés à l’aventurisme, qui se laissent emporter dans le délirant tourbillon d’une chasse au trésor.
 
C’est le thème conducteur de CONTRE MAUVAISE FORTUNE : comédie romanesque aux situations cocasses, périlleuses et destructrices. Cette histoire est une métaphore ouvrant à la complexité des rapports humains à travers la quête d’un trésor fabuleux. Mais, bien que d’une forme légère et drôle, cette comédie est révélatrice de mécanismes humains plus profonds, de quêtes plus intimes. L’amitié qui lie ces deux familles n’est-elle pas fondée sur des malentendus, une certaine hypocrisie et des intérêts communs qui la biaisent ?
 
Les protagonistes sont des êtres, a priori raisonnables, en tous cas insérés professionnellement, établis socialement et parents responsables. L’un d’eux est même carrément rigide et sous l’emprise des conventions de la bienséance. Il n’empêche que l’éventualité d’un trésor à leur portée, les propulse dans un délire qui ira crescendo. La quête soudaine du Saint Graal, au-delà du trésor lui-même, attise les démons enfouis, fait surgir les ressentiments, dévoile les « MOI » les plus profonds, fait remonter des rêves de gosses étouffés par des loyautés familiales.
 
Même si les deux familles amies sont d’origines sociales différentes, elles vont plonger l’une et l’autre dans un complet délire. Obsédées à l’idée de dénicher LE trésor, elles vont se déconnecter de la réalité et parcourir la France au péril de leurs amitiés, de leur confort et
même de leurs vies !
 
Découvriront-ils en définitive ce mystérieux magot ? De quelle sorte de trésor s’agit-il ? Les
réponses à ces questions sont au terme d’un suspens entretenu. Peut-être renverront-elles
certains d’entre nous à leurs propres quêtes.