UN TRESOR DE FAMILLE
De Véronique MERIADEC
 
 
Thibault est âgé de 35 ans, il est bibliothécaire à Reims.Sa vie est réglée comme du papier à musique et ceci semble lui convenir. Thibault à l’air d’être heureux de cette monotonie, on ne lui connaît pas de famille, de petite amie ou de copain très proches. Il semble adorer cette vie ascétique faite de sport, de culture et de tranquillité. Qui pourrait l’en blâmer ? Le soir, il dîne, écoute les infos à la radio et bouquine avant de s’endormir comme un bébé. Même quand les nouvelles ne sont pas bonnes puisqu’on vient d’enlever le deuxième enfant d’une grande famille de notable Nantais, les RONSSIN qui est sous le choc. Thibault s’endort avec cette « drôle » d’histoire en tête. Ce matin, Thibault ouvre les yeux, comme à son habitude une minute avant que le réveil ne projette son laser et diffuse sa musique préférée. Mais, cette fois, le plafond reste neutre. Thibault attend un instant puis veut allumer la lumière qu’il ne trouve pas. Il se lève butte contre quelque chose, ne semble pas trouver ses marques. Finalement, il atteint un interrupteur qu’il déclenche et pousse un cri à la vue des lieux. Thibault n’est manifestement pas chez lui. Cette chambre n’est pas la sienne. Il en sort comme étouffé, se retrouve dans un couloir inconnu et gagne une cuisine qu’il n’a jamais vue. Il est encore sous le choc quand on frappe brutalement à la porte d’entrée. Il n’ose ouvrir et reste prostré. La porte est défoncée par la police qui, sans égard, se précipite sur lui en lui demandant : « Vous êtes bien Alain Massot ? ». Eberlué Thibault répond que non et qu’il ne sait même pas ce qu’il fait ici. Sur la table de la salle à manger, il y a une veste contenant un portefeuille. L’un des brigadiers l’ouvre et présente la carte d’identité à Thibault sur laquelle il découvre avec horreur sa propre photo et ce nom « Alain Massot ». Le policier prend la parole et lui dit « Monsieur Massot, nous allons vous emmener à la gendarmerie de Nantes concernant le double enlèvement des enfants de la famille RONSSIN ».


A la croisée de CODE QUANTUM, de JOE DOE ou du PRISONNIER, l’idée force de cette série feuilletonante est qu’un homme simple et sans histoire va, à chaque épisode, se réveiller dans la peau d’un autre systématiquement mêlé à des histoires judicaires dont il aura entendu l’annonce la veille au soir. Pour quitter la peau de cet inconnu mis en cause ou impliqué dans des affaires criminelles, Thibault va devoir trouver les coupables lui-même.